Comment accélérer son Time-to-market ?

Quels enjeux, quelles solutions ?

Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Bien gérer son planning de mise sur le marché – son time to market – relève souvent de la gageure. Tous les industriels ont un jour vécu un développement de produit précipité, pour répondre aux impératifs d’un salon ou de ventes saisonnières. Et il n’est pas un responsable R&D qui ne puisse témoigner de réunions houleuses avec son homologue du commerce, car les produits d’aujourd’hui répondent aux besoins d’hier, et que les produits de demain arrivent le surlendemain.

Or, les impacts d’une mauvaise gestion du time to market ne sont pas négligeables.

Pour les industriels contraints par des salons sectoriels ou des marchés saisonniers, l’accélération forcée du lancement de leurs produits se traduit inévitablement par une dégradation des coûts ou des performances. Certaines fonctions ne sont pas intégrées, des négociations avec les fournisseurs sont éludées, des solutions techniques existantes sont reprises sans optimisation.

Quant à ceux qui préfèrent garantir la marge et les performances de leurs produits au détriment des délais, retarder une date de lancement augmente le coût du développement, permet aux concurrents de s’installer et accroît les risques de décalage entre le produit et les besoins des clients qui évoluent entre-temps.

A l’inverse, optimiser son time to market en accélérant le lancement de ses produits permet de réduire ses coûts non récurrents, d’obtenir un retour sur investissement plus rapide sur ses projets, et d’être plus réactif aux évolutions du marché que ses compétiteurs (cf. figure 1).

Alors, comment mettre en place une démarche d’accélération de la mise sur le marché de ses produits ? Quels en sont les leviers et les enjeux ?

Améliorer et maîtriser son time to market nécessite dans un premier temps d’adapter son organisation avec une stratégie produit cohérente, des processus adaptés, ainsi que des outils opérationnels efficaces.

Certains de nos clients vont même plus loin en concevant des gammes modulaires, dont l’ambition est d’investir au départ pour lancer dans la durée plus de produits, plus rapidement, en maîtrisant leurs coûts récurrents et non récurrents.





Construire une stratégie produit cohérente

Une organisation qui optimise son time-to-market repose sur une roadmap produit réduite, aux priorités claires. L’expérience montre que lancer plus de projets n’aboutit pas à plus de produits sur le marché, mais à l’effet contraire.

Les causes sont connues : dispersion des efforts, changements de priorité en cours de développement, impossibilité d’arbitrer les ressources sur une base objective.

Les effets sont visibles pour certains : retards de lancement, arbitrages incessants, sentiment d’urgence… et moins visibles pour d’autres : inefficience des équipes, perte d’information, difficultés pour travailler en profondeur l’optimisation des coûts.

Le rôle du comité de direction est donc de définir cette roadmap en fonction des enjeux économiques et stratégiques, du contexte concurrentiel, et d’une connaissance fine des ressources de l’entreprise.

Optimiser ses processus

Une fois les bases posées, l’industriel peut s’attaquer à ses processus de développement, en prenant garde à bien les segmenter : on ne traite pas un renouvellement esthétique de la même manière qu’une innovation de rupture.

Renseignez le formulaire ci-dessous pour visualiser l’article complet


  • Publié le : 19/12/2016